En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.

Lo tèxte taus mainats/Le texte des enfants

Tèxte escriut en francés per Alain Munoz, arrevirat per Jan-Loís Baradat.

*PASSA-CARRERA
*CANT D’ENTRADA : QUAN LO REI PARTí DE MORLANS

1.
Il était une fois,jadis
Aux confins de la Grande Lande,
Au pied de la barrière des Monts de Pyrène,
Un fort et merveilleux château
Planté au-dessus du fleuve Gave.
Il toisait de sa superbe la riche cité de Morlaàs,
Ceinte de solides murailles
Et faite de longues et roides rues
bordées de riches demeures
Car l’or de tous les Orients remplissait le trésor de la ville.
1.
Un còp èra, bèth temps a,
Peus estrems de la Lana Grana,
Au pè deu barralh deus monts de Pirèna,
Un hòrt e meravilhós castèth
Pitat peu dessús deu riu Gave.
Que mestrejava, superbiós, la rica ciutat de Morlans
Cintada de murralhas solidas
E hèita de longas e dretas carrèras bordejadas de rics ostaus
Per'mor l'aur deus orients que pleava lo tesaur de la vila.
2.
Il y avait grand liesse ce soir-là
Au château et partout dans Morlaàs
Car le seigneur célébrait sa victoire sur les Maures.
Dans la salle tendue des plus beaux tapis de la Perse
Dames et puissants du Pays de Béarn festoyaient.
Jongleurs et Ménestrels, danseurs d’ours divertissaient les commensaux.
Viandes et pâtisseries délicatement épicées se succédaient
Sur de longues tables recouvertes
de nappes précieuses tissées de fils d’or.
Et le vin d’hypocras flattait les beaux esprits.

2.

Aqueste ser, que i avè grana regaudida
Au castèth et pertot per Morlans
Per'mor lo senhor que celebrava la soa victòria suus Mòros.
Hens la sala tenuda deus tapis mei preciós de la Pèrsia,
Daunas e potents deu pèis de Bearn que hestajessavan.
Joglars e menestrèrs, orsatèrs que divertivan los comensaus.
Carns e pastisserias delicatament adobadas que's seguivan
Sus longas taulas cobèrtas de tavalhas preciosas, teishudas de hius d'aur.
E lo vin d'ipocràs que flatava los convidats.

3.
Le seigneur et son épouse
A qui l’ont rendait de fort beaux hommages
Rayonnaient de la gloire des héros,
Rendaient les compliments par de tendres paroles
Et se réjouissaient de ce que leur fils
N’avait d’yeux que pour la douce damoiselle
Sise à son côté et qui lui avait été promise
A sa naissance parce que ses parents et eux-mêmes
Etaient égaux en loyale amitié et rang chevaleresque.

3.

Lo senhor e la dauna
A qui se hasèn hòrt polits homenatges
Qu'arrajavan de la glòria deus eròis,
Qu'arresponèn aus compliments dab paraulas ; amistosas
E que's regaudivan que lo hilh
N'espiesse pas que la doça damisèla
Seduda au ras e qui l'èra estada prometuda
Tanlèu vaduda per'mor los pairs sons
Eran dab eths parièrs en lejau amistat e reng cavaleirós.

*DANCA MAINADAS : CHARMANTINA

4.
Pendant qu’ils se réjouissaient au penser du tournoi de demain
Il arriva un grand prodige.
La salle se remplit d’un épais brouillard
Et s’effaça de telle sorte.
L’enchanteur Maugis chevauchant le cheval fée Bayard
Au milieu de la foudre et du tonnerre apparut.
Il brandit son bâton vers le seigneur et les siens
- Tu dois m’aider, mes cousins les fils Aymon
Sont pourchassés par Charlemagne. Protège-les.

4.

Mentre que's regaudivan en pensar au tornei de l'endedia,
Un gran prodigi qu'arribè.
La sala que's pleè d'ua bruma espessa
E que's desvaní de tau sòrta.
L'encantaire Maugis acavalat suu chivau hada Bayard
Peu miei deu hodre e deu tonèrre qu'aparescó.
Que lhevè lo baston de cap au senhor e aus sons
-Que'm deves ajudar, los cosins hilhs d'Amon
Que son acaçats per Carlesmanhe. Empara'us!

5.
- Jamais car ils sont renégats!
Aussi injuste que soient l’exil qui les poursuit
Et la colère de l’empereur,
Je ne trahirai pas le serment qui me lie en chevalerie.
Enchanteur Maugis salue les fils Aymon et disparaît.
Alors, l’enchanteur Maugis rouge de colère
Enleva par devers lui la douce damoiselle.
- Que celui qui ne redoute d’affronter
le dragon ose la délivrer.

5.

- Jamei per'mor son fementits!
Per injusts que sian l'eissilh qui'us tòca
E la malicia de l'emperaire,
Non tradirèi pas, jo, lo jurament qui en cavaleria me liga.
Encantaire Maugis, saluda los hilhs d'Amon e huei!
Lavetz, l'encantaire Maugis, arroi de malicia,
Que se'n miè dab eth la doça damisèla.
- Que lo qui n'aja paur d'afrontar lo dragon lo gause desliurar!

6.
La confusion que provoquèrent l’apparition de l’enchanteur
Ainsi que la disparition de la douce damoiselle
Laissa les seigneurs désemparés.
Seul réagit le fils des héros de Béarn.
D’un bond, monta sur la table de banquet.
- Je suis celui qui délivrera la douce damoiselle
Peu me coûte de défier Maugis et sa malédiction
Je pars sur le champ dans l’obscure forêt
A mon retour j’épouserai la belle.
6
La confusion que provoquèn l'apparicion de l'encantaire
E la desapareishuda de la doça damisèla
Que deishè los senhors desemparats.
Sol lo hilh deus eròis de Bearn que's mautè.
D'un saut que pugè sus la taula.
- Que soi jo lo qui desliurarà la doça damisèla
Que'm trufi de desfidar Maugis e la soa maladita
De tira que me’n vau peus bòscs escurs
Quan torni, que'm maridarèi la beròja.

*CANT MAINATS : JAMEI JO NON VERÈI

7.
La nuit était fort avancée, la lune à son zénith.
La futaie millénaire et obscure formait une voûte
Plus oppressante encre qu’une caverne de ronces.
Elle laissait cependant traverser une pâle clarté.
Tout bruissait de vie maléfique.
Et le petit chevalier si courageux tout à l’heure
Galvanisé par les encouragements des seigneurs
Et la quête merveilleuse de son amour dérobé
Commençait à perdre force et courage.

7.

La nueit qu'èra beròi avançada, e la lua au capcèu.
La hustada millenària e escura que hasè ua vòuta
Opressanta mei qu'ua espelunga de sègas.
Que deishava totun passar ua palla claror.
Tot que brosejava de vita malefica.
E lo petit cavalèr tan coralut endòra
Agulhoat peus encoratjaments deus senhors
E la cèrca meravilhosa de l'amor son raubat
Començava de pèrder fòrça e coratge.

8.
Soudain, devant lui s’ouvrit une clairière de roseaux et de boue.
La lune dessinait un miroir inquiétant.
Le petit chevalier bravait le marécage
Craignant à chaque pas l’ensevelissement.
Mais sentit se dérober la terre ferme,
Ne put se délivrer du piège mortel qui l’attendait.
S’enfonçait. S’enlisait…
- Dieu ! Je me trouve plus mort que vif
Mais regrette de ne porter secours à ma douce damoiselle.

8.

Còp sec, au davant, ua clarèra de hanga e de canavèras que s'obrí.
La lua que dessenhava un miralh alarmant.
Lo petit cavalèr que bravava lo gravèr
Cranhent a cada pas d'estar sepelit.
Mes que sentí la tèrra fèrma manca'u devath deus pès,
Ne's podo desliurar deu tracanard mortau qui l'atendè.
Que s'ahonsava. S'engravava...
-Diu! Be'n soi ara mei mort que viu
Mes me'n sap mau de non portar secors a ma doça damisèla.

9.
Alors il y eut un grand prodige.
Une géante main sortit de l’onde traîtresse
Le saisit au collet avant que la glaise ne le recouvre
Et le déposa sur la berge.
Autour du petit chevalier des feux follets dansèrent,
Firent comme l’image d’un dame bienveillante.
- Ton cœur est noble petit chevalier, ta quête légitime
Prend cette épée enchantée qui se nomme Flamberge.
Garde-toi de Maugis et de ses tours.
Je suis Oriande la magicienne.

9.

Lavetz que i avó un gran prodigi.
Ua giganta man que sortí de l'onda traidora,
E l'arrapè abans que la grèsa non l'amante
E'u pausè sur l'arriba.
Arrond deu petit cavalèr  arquets que dancèn,
Hasón com l'imatge d'ua dauna planvolenta.
- Qu'as un nòble còr, petit cavalèr, ta quèsta ei justa
Pren aquesta espada encantada Flambèrja ei lo son nom.
Guarda't de Maugis et deus sons torns. Que soi Orianda la hatilhèra.

10.
Sous la voûte de forêt et de brume
Le petit chevalier crotté comme un pauvre gueux
Confiant en la vivante Flamberge qui guidait sa marche
Avançait dans l’oppressante obscurité.
Il oublia toute terreur et fatigue, songeait
A son amour volé et ses yeux se mouillaient de larmes.
Enfin, il choisit un creux de mousse entre deux racines.
S’allongea, s’endormit, Flamberge contre son corps rompu.
Mais une violente piqûre au flanc le tira de sa torpeur.

10.

Peu devath de la vòuta de seuva e de brumalh
Lo petit cavalèr en.hangassat com un mandrolh,
Ahidèc a la viva Fambèrja qui  gavidava sons pas
Qu'avançava per l'engüeishosa escuranha.
Que'n desbrembè tota espanta e fatiga, pensant
A l'amor son panat e sons uelhs que's pleavan de plors.
Totun, que causí un clòt de mossa enter dus arraditz.
Que s'estenó, s'adromí, Flambèrja contra'u son còs arrot.
Mes ua violenta picada au costat que'u desassomelhè.

*DANCE MAINATS : MOTCHICO

11.
Autour de lui se tenaient des créatures infernales
Qui de leurs piques, qui de leurs ferrailles
L’aiguillonnaient comme guêpes un essaim
Le maintenant allongé et captif
Et mêmement Flamberge enchaînée plus au loin.
- N’es-tu point le sbire de l’enchanteur Maugis
Qui, non content d’avoir fait de nous des créatures immondes,
Exige plus encore? dit un être à tête de sanglier.
- Amis, je le poursuis et n’ai qu’amour comme devise.

11.

Tot ad arrond qu'avè creats in.hernaus
Qui dab picas, dab herralhas
L'aguilhoavan com vrèspas en eishami
En tot mantiéne'u estenut e captiu
E tot parièr Flambèrja encadenada au luenh.
- Non serés pas un seguidor de l'encantaire Maugis
Qui, non content d'aver hèit de nosauts creats hastialàs
Demanda enqüèra mei? Ce digó un èster deu cap de sanglar.
- Amics, jo que l'acaci e n'ei tà devisa qu'amor.

12.
Noblesse de cœur est ambassadrice des âmes.
Les créatures mirent sur le pavois le petit chevalier
Et mêmement Flamberge.
- Délivrez-nous chevalier de la malédiction
Nous sommes bons cagots nullement êtres du Diable.
Mais tonnerre pluie et grêle s’abattirent sur l’assemblée.
Apparut à grand fracas le paladin Roland armé de Durandal
Qui se précipita sur le petit chevalier armé lui de Flamberge.
Durandal contre Flamberge. Les épées des preux s’entrechoquèrent.

12.

Noblessa de còr qu'ei ambaishadora de l'amna.
Las creaturas que hiquèn suu pavés lo petit cavalèr
E tot parièr Flambèrja.
- Desliuratz-nse cavalèr de la maladita
Qu'em bons cagòts briga creats deu Diable.
Mes tonèrre ploja e peirada que s'abatèn sus l'amassada.
Lavetz dab gran fracatge qu'aparescó lo paladin Roland armat de Durandal.
Qui s'aborrí suu petit cavalèr armat eth de Flambèrja.
Durandal contra Flambèrja. Las espadas deus pros que s'entertruquèn.

*DANCA DE BASTON : PANTELON

13.
Le duel s’éternisait.
Les créatures infernales s’en remettaient à l’ordalie.
Les hommes pissaient sang et eau.
Durandal contre Flamberge jamais chrétien ne vit cela.
Aucune arme ne sut l’emporter
Puisque pour même et noble cause toutes deux combattaient.
L’enchanteur Maugis par ruse et perfidie
Les tenait ennemies et au lointain s’amusait ferme.
Si les guerriers avaient parlé jamais Maugis n’eut triomphé.

13.

Lo duel que s'esperlongava.
Los creats in.hernaus que s'ahidavan a l'ordalia.
Los òmis que pishavan sang e aiga.
Durandal contra Flambèrja jamei crestian non vedó aquò.
Nada arma non sabó mestrejar
Puishque per medisha e nobla causa totas duas combatèn.
L'encantaire Maugis per engana e perfidia
Las tienè ennemigas e au luenh se divertiva hèra.
Avossen parlat los guerrièrs jamei Maugis non triomfava.

14.
Une ardente nuée de lucioles enveloppa
le champ de la bataille
Fit se raidir les épées merveilleuses
Et les ennemis de cesser le combat.
La magicienne Oriande avança devers eux:
- Roland retourne chez ton maître
Contre les fils Aymon le courroux de Charlemagne
N’a que trop duré. Et toi le petit chevalier
Ton amour est plus grand que de Maugis le mirage
Mais son dragon t’attend tu dois le terrasser.

14.

Un ahoalh de lugranhets qu'amiroè lo camp batalhèr
Hasó tenelhar las espadas meravilhosas
E los ennemics que deishèn lo combat.
La hatilhèra Orianda qu'avancè cap a d'eths:
- Roland torna't en çò deu mèste
Contra los hilhs d'Amon lo corroç de Carlesmanhe
Qu'a pro durat. E tu petit cavalèr
L'amor ton qu'ei mei grand que de Maugis lo miratge
Mes lo dragon que t'aten que'u deves aterrassar.

15.
Maintenant petit chevalier avançait vers la lune
Flamberge rougeoyant le guidait dans la brume.
Une mare puante s’étendait devant lui.
Et la lune semblait dormir au fond d’un puits.
L’onde se mit à frémir, devint une tempête
Un monstre fait d’écailles de feu et de venin
Se dressa à l’appel de l’enchanteur Maugis,
Vomit flammes d’enfer pour le puceau rôtir/
Qui projeta Flamberge en direction du cœur.
15.
Adara petit cavalèr qu'avançava de cap a la lua
Flamberja arrojejant que'u gavidava per la bruma.
Un lagòt pudent que'u s'estenè peu davant.
E la lua que semblava dromir au hons d'un putz.
L'aiga que's hiquè a fremir, vadó ua tempèsta
Un monstre tot d'escatas de huec e de veren
Que's quilhè aperat per l'encantaire Maugis,
Vomint eslamas d'in.hèrn per lo puncèu rostir
Que getè Flamberja de cap au còr
16.
La terre alors s’ouvrit en un brasier géant.
Le dragon s’engloutit en emportant Flamberge
Au tréfonds de l’enfer d’où il avait surgi.
En place du dragon et au milieu de l’eau
Le corps sanglant de la douce damoiselle flottait comme un iris.
Le petit chevalier vit qu’il était maudit.
Il pleura sur le corps de son aimée perdue
Le prit entre ses bras comme un enfant dormant.
Il rentra au château où demeuraient ses pères
16.
La tèrra lavetz que s'obrí en un brasèr gigant.
Lo dragon que s'apregoní en tot se miar Flambèrja
Peus perhons de l'in.hèrn d'on èra gessit.
E en lòc deu drago, peu miei de las aigas
Lo còs sagnós de la doça damisèla flotava com ua sesca.
Lo petit cavalèr vedó qu'èra maladit.
Que plorè suu còs de l'aimada perduda
Que'u prengó au braçat com un nèn adromit.
Que tornè ta'u castèth on los pairs demoravan

*CANT MAINADAS : Cançon de la hialaire

17.
Dans un cercueil de verre on déposa la belle
Au pied d’une aubépine on lui rendit hommage
- Maudit sois-tu Maugis dit l’amoureux de rage
A jamais mes amours sont perdues et je les vengerai.
Mais alors que le petit chevalier déversait mille larmes
Une pluie de lumière éteignit sa douleur
La magicienne Oriande rendit la vie à la douce
Elle et son chevalier s’unirent au bonheur
Et l’on fit au château tant belle et grande fête
Que partout dans Morlaàs sonnèrent les trompettes.

17-

Hens un tahuc de veire que pausèn la beròja
Au pè d'un bròc blanc que'u hèn aunor
- Maladit sias Maugis digó l'amorós enrabiat
Tà jamei mas amors son perdudas e jo que las venjarèi.
Mes mentre que lo petit cavalèr e s'esplorassava
Ua ploja de lutz qu'amortí sa dolor
La hatilhèra Orianda que tornè avitar la doça
Era e lo cavalèr dab felicitat que s'unín
E que's hasó au catèth hèsta tan bèra e grana
Que pertot per Morlans las trompetas soèn.

*BRANLE EN CHAINE

*CANT FINAU : La nòvia


Date de création : 26/10/2018 - 11:31
Catégorie : 2013 Pastorale des enfants -
Page lue 660 fois